Nous voilà donc levés de bonne heure, la nuit fut réparatrice, la literie était bonne, le silence total et surtout la climatisation ronronnante reposa nos corps surchauffés. Nous n'avions pas choisi d'hôtel dans la médina pour une fois mais dans la ville nouvelle, histoire de ne pas perdre de vue notre but dans cette ville. Nous nous retrouvions donc en quelques minutes sur les traces de mon Beau Père. Nous retrouvions la Rue de Dakar, nous retrouvions le n°24.. Maison laissée à l'abandon avec son panneau A VENDRE accroché sur la façade. Nous mitraillerons de photos, espérant que nous seront tombés au bon endroit. JM ressentira une certaine émotion, essayant d'imaginer sans y parvenir son Père appuyé sur l'encadrement de cette maison LA. Nous étions contents, nous avions trouvé, nous pouvions rentrés avec des souvenirs à partager.

Nous faisions en fin de matinée les quelques 30 kms qui nous séparaient des Ruines Romaines de Volubilis, certains ici sont total-fan de vieilles pierres. Sous une chaleur particulièrement piquante aux épaules nous flânerons et apprendront la vie de la cité de Juba II Roi de Mauritanie 3 siècles avant notre ère... Site magnifique dont seulement 15 hectares sur 40 supposés ont été déblayés. Figurant sur la liste du patrimoine mondial de L'UNESCO, un musée ultra moderne mais discret s 'y construit ce qui permettra aux innombrables pièces retrouvées sur place de quitter le musée de Rabat et revenir sur le site. Les colonnes qui s'y dressent, les mosaïques que l'on découvrent sur le sol donneraient presque le vertige de ces milliers d'années qui nous séparent des petites mains qui les ont façonnées. Un endroit magnifique en surplomb de terres à perte de vue …

Nous reprenions la route vers Fés... nous hésitions entre une halte pour la nuit dans cette ville où la poursuite vers le sud … A mesure que nous roulions la chaleur se faisait plus accablante, nous devions dépasser les 40°, nous buvions a intervalle de 10 mn, soif ou pas nous nous sommes hydratés pour l'année, battant le record de 7 bouteilles d'1,5L pour une seule journée à nous 3.  A la proximité de Fes nous recommencions a nous perdre dans les méandres des routes mal indiquées. Nous nous arrêtions devant une gargote sur un bout de trottoir commander quelques brochettes de viande. Nous étions d'accord sur un point : Les grandes villes nous emmerdent ! Nous ne nous arrêterons pas à Fes c'était décidé. Nous ferions le plein, du Change et tracerions vers les hauteurs... Très mauvaises idée …

Arrêt devant une banque pour le change, JM prend son passeport et quelques centaines d'Euros (divisé en 2 notre pécule, nous terminions SA moitié), toutes vitres ouvertes pour ne pas crever la bouche ouverte à cause de la chaleur, Petit R. jouait avec sa mini console a l'arrière pendant que je visionnais quelques photos le Numérique en main. Quand soudain un ado se mit à frapper à grands coups de poings sur l'arrière droit de la voiture (au niveau de la glace arrière) sursautant, il veut me vendre des « Nique »et crie plus qu'il ne parle, je le remballe copieusement la scène durera environ 10 secondes, alors que je me retrouve dans ma position « face à la route » le placier, pauvre homme sourd et muet se rue sur ma fenêtre-conducteur en hurlant littéralement, je m'affole, pense gêner avec mon stationnement, mais il crie, s'agite, me fait des signes que je devine mais ne comprend pas, quand je finit par réaliser qu'il manque quelque chose à coté de moi.. LA SACOCHE a disparue, elle était là (enfin je crois) sur le frein à main, je me met a parler très vite, très fort, demande  en hurlant àPetit R où est la sacoche, je sors de la voiture, perd les pédales devant tous ces gens qui ont vu 1 type grand, TS rouge, à moustache, passer la main par la vitre et partir en courant avec la sacoche … c'est plus fort que moi je hurle ma colère et injurie le ciel. JM n'est toujours pas revenu je panique, lorsqu'il s'avance enfin je pense que peut être tout ça n'est que fiction et que la sacoche est avec lui, je lui demande en criant a 30 mètres, et là le couperet, il a bien laissé la sacoche dans la voiture, on vient de se faire envoler : mon passeport, celui de Petit R., la carte Bleue, le Téléphone Portable de JM, la carte mémoire du Numérique (remember Public), la clé de notre voiture restée a Madrid, 80 euros de notre budget et 40 euros (de sa marraine) qui appartiennent à Petit R. pour son voyage pas encore changé ! … Nous arrêterons un camion de la Sureté Royale, c'est ainsi que nous nous retrouverons à passer 1 h 30 au commissariat à répéter 5/6 fois la même histoire, faire un dépôt de plainte et sentir la panique s'envoler mais la colère grandir. Les flics sont les mêmes partout dans le monde, aigris, peu aimable, pas souriant, nous laissant nous dépêtrer pour trouver le Consulat Français. Avec notre plan nous finiront par apercevoir le drapeau Français. OUF … enfin .. non finalement. Nous sommes vendredi, il est 16 h 30 TROP TARD.. c'est le WE c'est fermé ! Pour les urgences ?? ben faut pas en avoir parc qu'on peut rien pour toi Public. Il n'y a aucun Numéro d'urgence sur la porte, les planqu'tons se contenteront de me dire de revenir lundi parc que la C'EST FERME (Merci Ducon je vois bien !!) Sous mon insistance quand même ils finiront par me designer un gros 4X4 avec un homme du consulat à l'intérieur. Un français JE SUIS SAUVEE !! EN REVE ! M'excusant d'importuner je demandai quoi faire à ce con (« qui fait que l'état civil !!») qui me donnera la marche à suivre avec un air de « t'es dans la merde ma pôôvre fille », qui dut lire dans mes yeux ma profonde détresse à ce moment là et qui me dit « voilà voilà voila » au bout de  10 mn sans JAMAIS formuler un « Vous avez besoin de quelques chose, je peux vous aider ?? » RIEN QUE DALLE Môôôôsieur partait en WE ... le cafard….c'est une honte ! Je suis très en colère après ce connard qui se foutait royalement de ce qui m'arrivait … Putain elle est belle la solidarité Française .. Vraiment. Celui là je vais pas le louper j'ai 2/3 trucs a dire a mon ministre des affaires étrangères, celui là en prendra une louche. J'aurai pu crever sur le trottoir je me demande s'il aurait tourné les yeux sur moi !!

Dépités, dégoutés, sans avoir fait le change (parc que au final JM N'AVAIT PAS FAIT DE CHANGE !! il y avait trop de monde au guichet) rassemblant nos infos diverses, essayant d'être méthodiques nous décidions de nous rendre a l'aéroport, récupérer quelques Dhr, trouver une cabine, appeler ma sœur pour faire opposition à la Carte Bleue, l'opérateur Tel pour bloquer le Portable... Se faisant, après avoir retrouvé notre sang froid, nous décidions de quitter cette ville dont nous n'avons rien vu et nous diriger vers Azrou, nous retenions une chambre d'hôtel par tel, je nageais en plein cauchemar car sans Passeport comment rentrer en France ? Et les photos et vidéo que JM avait fait avec son Portable quasi neuf ? La carte bleue ?…

J'étais partagé entre colère, dégout et abattement, Petit R avait eu très peur plus par ma réaction démesurée ( nous en avons longuement parlé ensuite avec lui) (je suis un peu démesurée de toute façon n'est ce pas !) que par le vol en lui même, JM quand a lui égal a sa philosophie Zen et réfléchi repris sur le ton de la bonne humeur, nous persuada que tout irait bien, que nous continuerons le périple et que nous ferons les démarches sans perdre de vue notre aventure.... Ce cauchemar aurait pu nous arriver PARTOUT même chez nous, nous avions eu un mauvais moment, toutes fenêtres ouvertes, Cela avait été un jeu d'enfant que de nous chouraver notre sacoche. Je m'étais faite avoir comme un bleu j'étais terriblement vexée...

Nous traversâmes Ifrane et ses maisons au style Français, toits en pente et cigognes nichants que les faitages, foret de cèdres et de chênes ont se croirait dans les Alpes Françaises !! Toute cette plénitude me calma...  nous atteindrons Azrou au soir tombant, cette journée avait été épuisante, j'étais épuisée.... Pourtant je n'allais pas dormir ….

MAROCCO_2009_054

MAROCCO_2009_068MAROCCO_2009_078MAROCCO_2009_087

MAROCCO_2009_088MAROCCO_2009_093

MAROCCO_2009_097MAROCCO_2009_082MAROCCO_2009_099