Nous reprenions la route depuis Beni Mellal de bonne heure évitant autant que faire se peut la chaleur écrasante de la journée. J'observais une scène depuis la terrasse du café (toujours peuplé uniquement d'hommes les femmes doivent en être banni.. sauf que moi je suis touriste, ca doit leur plaire moyen mais c'est comme ça !! je m'attable !) où nous prenions notre petit déjeuner, un mendiant au Maroc ne reste jamais assis sur un bout de trottoir, mais quémande 1 Drh ou 2 à toute personne sur son passage c'est ainsi que nous européens détournions le regard alors que le Marocain d'à coté cherchait une pièce au fond de sa poche. C'est ainsi qu'un autre fut invité à s'assoir à la table d'a-coté et le petit déjeuner fut payé par un autre. Je me sentis vraiment d'un égoïsme rare, nous autres ne dénions pas jeter un regard à ces hères qui tendent la main.. là bas le don fait parti de la vie...

La route fut belle mais caniculaire, nous faisions de réguliers arrêts pour acheter de nombreuses bouteilles d'eau que nous nous dépêchions de boire, soif ou pas, puisque en moins d'une heure, l'eau était tiédasse !

Nous arrivions à Marrakech et nous jetions avec voiture et bagage, sans le vouloir directement sur la place Jamâa El Fna, trouvions une place et nous mettions à la recherche de l'hôtel que nous avions décidé en famille. Notre sens de l'orientation aiguisé, nous trouvions en moins de 20 mn. L'accueil fut froid et impersonnel. Nous attribuant une chambre double avec un matelas par terre pour Petit R. nous voilà dans un riad de routard avec possibilité de dormir sous les étoiles sur la terrasse. L'endroit était peuplé de jeunes avec Sac à dos ayant déjà choisi le couchage le moins onéreux .. : La terrasse. Après avoir choisi notre chambre nous revenions vers l'accueil remplir notre habituel formulaire, il s'avérait que nous n'avions qu'un passeport pour 3, sur un ton passablement désagréable, le gérant nous intima l'ordre de nous procurer les « numéro d'entrée » sur le territoire Marocain tamponné sur le passeport. Chouette une embrouille ! Nous dûmes trouver par nous même le Commissariat Central de Marrakech, seul habilité a avoir accès aux informations des douanes. Là bien sur nous tombions sur un Policier d'une amabilité bien française !! qui ne cessait de dire 'Bienvenue chez nous » avec un ton qui donne envie de fuir. Ceci étant fait nous pouvions réintégrer l'hôtel, même si je me permit de balancer un peu ma mauvaise humeur envers ces tatillons peu aimables, qui se foutaient (eux aussi) de notre galère et qui ne voulait que 2 piiitaiinnns de numéro a la con sans quoi ils nous jetaient dehors .. Sympa !

Ce problème réglé je me décidai en ce début d'après midi d'aller déposer quelques affaires au Pressing, nous commencions a faire tourner des fringues un peu cradasses. Et me mis au lavage à la main des sous vêtements. Il n'y a bien qu'en vacances que je lave quoi que se soit à la main !

Nous partions nous perdre dans cette médina si célèbre, flâner sur cette place qui fait rêver, charmeur de serpents, tatoueuses au Henné... chaleur écrasante .. tout était réuni comme dans mon imagination. Je m'y sentais bien. Le soir venu nous dinions sur cette place, déambulions ensuite au milieu des vendeurs de « petits gris » Cette place se rempli d'ambulants, de chalands et populasse en un temps record, nous aurions pu diner 12 fois … Nous prenions un Thé à la menthe sur une terrasse juste au dessus de la Place.... Le dimanche se terminait. Nous regagnions notre Hôtel et notre chambre sur-chauffée sans clim' ou le thermomètre devait frôler les 35°.. Impossible de fermer l'œil, fenêtre ouverte les conversations allaient bon train dans la ruelle, la chaleur me noyait la peau, je m'installais dehors pour lire jusqu'à pas d'heure …. Nous trouvions JM et Moi le sommeil par intermittence, en pointillé.... Petit R. écrasait sa bulle de tout son poids ..

 

8 h 30 le lendemain nous étions devant le Consulat, nous devions commencer la procédure des laisser-passer. Nous étions bien en France ! Salle d'attente, attente, attente, attente …. Nous fumes reçus par une employée Franco-marocaine aussi aimable fonctionnaire du même acabit que l'autre connard de l'état civil de Fes ! Passablement soulée pour un lundi matin, sa journée commençait « compliquait » avec nous. Aux questions « combien de temps ça va prendre ??? » « ppppff ça dépens ça peut être rapide .. ou pas .. ça dépend de votre sous préfecture, moi j'y suis pour rien si c'est long … vous devez payer 250 Dhr par laisser passer !! » en un mot avant quoi que se soit d'engager, il nous fallait raquer 50 euros pour 2 laisser passer !! Une Honte , un scandale pur et simple. On se fait chouraver nos papiers, avec tout ce que ça implique et tout ce qu'elle nous annonce cette connasse c'est qu'il faut payer 2 timbres fiscaux a 25 euros chacun et refaire des photos d'identité .. Lorsque j'émets un grognement d'incrédulité mélangeait d'énervement-colérique, je me voit répondre « oui bon mais c'est comme ça, vous avez pas le choix !! » JUSTEMENT C'EST LA OU LE BAS BLESSE POUR MOI !!! Le Passeport de Petit R. m'a couté 19 € pour sa fabrication et son Laisser-Passer LUI va m'en couter 25 !!! Et comment j'aurai fait si je m'étais fait tirer TOUT mon sac et que je me retrouvais A POIL ??? J'avais que les yeux pour pleurer ?? je restais là-bas Ad Vita ? .. Celle là aussi représentait la France dans toute sa splendeur en fonctionnaire froide et désagréable !

Cela devenait compliquer lorsqu'on lui fit comprendre que nous allions poursuivre notre aventure et que les Laisser-Passer nous le récupérerions plus loin, dans un prochain Consulat … ça eut l'air de l'emmerder profondément. Sorti d'un bout de France nous appelions Papa Drine à la rescousse .. Il nous fallait une rallonge de pognon, il est évident que nous n'avions pas assez dans la poche pour 2 Laisser-Passer : 50 € et le parking a Madrid que nous ne pouvions plus payer avec la carte Bleue, mais en liquide du coup ! A 10 h j'expliquai à Papa Drine comment se rendre dans une banque et demander un Western Union, déposer la somme dont nous avions besoin, dans la ½ heure nous pouvions les récupérer sur simple présentation du passeport de JM (encore heureux qu'il le possédait !) et sous la dictée de 10 petits chiffres …. Ce faisant nous faisions encore une ballade dans la médina de Marrakech, l'odeur des épices, le miel, la Katoubia, le marché .. nous nous présentions à Midi au pressing récupérer nos affaires a cette gentille nana et son sourire espiègle qui me renvoya une première fois à 11 h 00 en faisant de gros yeux souriants « Mais nâââân c'est pas prêt … Midi je t'ai dis... reviens a Midi.. l'a c'est dans la machine !!! » … un peu de repos sur la terrasse de l'hôtel, nous reprenions le lundi après midi la route vers Aït Ben Addou ou nous attendait un moment suspendu dans le temps, quelques heures de Zenitude …. L'exacte inverse de ce que nous vivions a Marrakech.....

MAROCCO_2009_144MAROCCO_2009_149MAROCCO_2009_153

MAROCCO_2009_158MAROCCO_2009_163MAROCCO_2009_175

MAROCCO_2009_176MAROCCO_2009_151MAROCCO_2009_172