A la 10eme page je me suis dis .. merde encore un qui se regarde le nombril et qui va nous faire partager sa vie misérable ou rien ne va se passer .. je vais encore ramer comme une galèrienne pour arriver au bout (parcque c'est ma Force .. je vais toujours au bout des pires daubes .... faites moi penser a vous parler de l'actuel cale-meuble...)... et bien a ma grande surprise j'ai adoré ce bouquin .. drole, subtil... un vrai bonheur ... je vais me procurer les autres ... il est absolument excellent .. je conseille vivement :)

 

Merci la Dame aux yeux bleus .. il est dans les Gogues a Coco dorénavant .. je fais toujours passer les bonnes choses ...

 

"Je pense à Iris qui fut importante tout de même, à Emilie aussi, à Céline bien sûr, et puis d'autres prénoms dans d'autres pénombres, mais c'est Alice, toujours Alice qui est là, immuable, avec encore des rires au-dessus de nos têtes, comme si le premier amour était une condamnation à perpétuité. " Alice et Fritz s'aiment, et passent leur vie à se séparer. Les raisons : la cyclothymie des mouvements passionnels, les parents et les beaux-parents, le travail et les collègues, les amis d'enfance, deux polonais comme toujours, les cheveux et les dents, une longue histoire de cravate, la jalousie, et Schopenhauer bien sûr.